Appelée aussi Shelley, elle naquît en 1922, débuta en 1941 à Broadway après avoir été vendeuse et modèle, puis en 1945 elle signa un contrat avec la Columbia. Ce ne fut que trois ans après qu’elle s’imposa dans le film Othelo (G. Cukor, 1948) où elle jouait une serveuse qui meurt sous les doigts de Ronald Colman.

Même si elle ne possèdait pas le glamour de stars Hollywoodiennes, elle réussi à incarner avec crédibilité des personnages médiocres et pitoyables, incapables de maîtriser leur destin et balayés par un tragique qui les dépasse (Larousse du Cinéma, 2004). Ce fut l’époque de La Proie (R. Siodmak, 1948), Winchester 73 (A. Mann, 1950), Une place au soleil (G. Stevens, 1951), La Nuit du chasseur (C. Laughton, 1955) ou Le Grand Couteau (R. Aldrich, 1955). Puis elle changea de rôle pour camper des bourgeoises ou des mères abusives jusqu’à la caricature,Le Journal d’Anne Frank (Stevens, 1959), Lolita (S. Kubrick, 1962), Alfie (L. Gilbert, 1962), Liaisons coupables (Cukor, 1962), Le Locataire (R. Polanski, 1976) et ce jusqu’en 1978. Shelley Winters remporta deux Oscars, le premier pour son rôle dans Le journal d’Anne Frank, et le second pour Patch Of Blue (G. Green, 1965).

Elle écrivit plusieurs pièces, et dans les années 80 deux autobiographies, Shelley Also Known As Shirley, et Shelley II: The Middle of My Century Elle revint enfin devant la caméra en 1991 dans Stepping Out (L. Gilbert). L’une de ses dernières apparitions fut pour le film de Jane Campion Portrait de Femme (1996). Elle est décédée dimanche 14 janvier 2006 à Beverly Hills.

  Daniel Auteuil : Portrait d'un acteur français emblématique